Slim Douiri, son portrait et sa cuisine

    i

    photo du chef Slim Souiri
    capture écran ©Nahar Tv 2015

    Derrière ses lunettes et son allure juvénile, Slim Douiri, candidat Tunisien de l’émission The Taste Egypte, est déjà un professionnel en cuisine. Il répond à nos questions et nous dévoile quelques informations sur les coulisses de l’émission.


    Interview de Slim Douiri, candidat de l’émission The Taste 2015

     

    1/Parlez-nous de vous ? 

    SD : Je suis diplômé de l’institut des hautes études touristiques de Sidi Dhrif (Tunisie) et après plusieurs stages dans certains hôtels de renommée, j’ai suivi une formation à l’école le Cordon Bleu Paris où j’ai passé un stage de deux mois à l’atelier de Joël Robuchon Etoile . Je suis maintenant sous chef au restaurant de la villa Bleue à Sidi Bou Said.

    2/Comment  êtes-vous arrivé dans l'aventure The Taste ?

    SD : Par l’intermédiaire du Chef Wafik Belaid (ATPAC) qui a sélectionné plusieurs CV de candidats Tunisiens puis la production m’a demandé d’envoyer un portfolio et une vidéo d’exécution d’un plat.

    3/Quel était votre but ou votre démarche ?

    SD : Mon but était d’évoluer auprès des candidats de plusieurs pays du Moyen -Orient, de pouvoir porter les couleurs de la Tunisie et de rendre hommage à tout ce que j’ai fait (études, stages, expériences professionnelles ), c’est déjà une satisfaction personnelle.

    4/Quelle était l'ambiance entre les candidats et l'ambiance du tournage – Y avait-il tous les moyens et les
     ingrédients pour bien réussir ? 

    SD : L’ambiance entre les candidats était sympa et détendue même si le tournage était fatiguant, on passait toute une journée pour filmer la moitié d’un épisode (de 9h jusqu’à minuit et parfois plus), c’était enrichissant de découvrir le monde de la TV. Oui, il y avait les moyens techniques et tous les ingrédients pour bien travailler.

    5/Êtes-vous satisfait d'avoir intégré l'équipe du Chef Alaa El Sherbini ? 

    SD : Au départ, je voulais être dans l’équipe de Anissa Helou et puis pendant la compétition, j’ai découvert le chef Alaa El Sherbini, toujours là pour nous motiver et nous prodiguer ses conseils et sa bonne humeur !

    6/y a t-il derrière ce show culinaire, une forme de stratégie à mettre en place ? 

    SD : Il y avait de l’improvisation dans toutes mes recettes, de la pure créativité qui a fait appel à ma technique apprise au cours de ma modeste expérience, parfois les jurés aimaient et parfois non. Et puis, j’ai vite compris que les jurés reconnaissaient le style des plats présentés par les candidats, c’est devenu pour moi comme un jeu de pistes …

    7/Qu'est ce que cette émission vous a apporté personnellement ou professionnellement? 

    SD : Une belle expérience humaine, chacun vient avec son éducation dans la vie, sa cuisine et malgré nos différences, nous avions tous une seule envie : Apprendre, utiliser et associer différents produits, une approche essentielle dans notre domaine.

    8/Que représente la cuisine pour vous? 

    SD : C’est avant tout le respect des produits, c’est arrivé à les sublimer pour en faire de grands plats avec des sauces car c’est la base d’une bonne cuisine.

    9/Quels sont vos projets futurs ?

    SD : Enchaîner les concours, penser à la formation professionnelle (l’institut de Paul Bocuse à Lyon ou l’école d’Alain Ducasse à Paris) et réaliser mon rêve : ouvrir mon propre restaurant.

    Bonne lecture !

    Retrouvez recette du filet de sole au sésame et beurre d’orange by Slim Douiri