Graines sacrées : couscous et interrogations artistiques

    Graines Sacrees Couscous Et Interrogations Artistiques
    Graines Sacrees Couscous Et Interrogations Artistiques

    Entre récit culinaire et culturel, «Graines sacrées» interroge la portée symbolique du couscous, de la place de la femme, de l’alimentation au Maghreb et au Moyen-orient, du vivre-ensemble et ouvre vers de nouvelles visions artistiques contemporaines.

    Festive et familiale, «Graines sacrées» l’exposition culturelle proposée par l‘institut des cultures de l’islam de Paris, convie les visiteurs à découvrir la thématique de la graine de blé. Une exploration à travers le regard de nombreux et talentueux artistes «éclaireurs» (installations, tables rondes, films, photos).

    Graines sacrées : représentations artistiques modernes

    Si les artistes se jouent des clichés et des stéréotypes, il n’en reste pas moins que chaque œuvre détournée renvoie à un souvenir et à une évidence.

    L’installation de Mircea Cantor autour des tamis, reproduit le soleil, cet astre vénéré depuis la nuit des temps. Une œuvre qui illustre et fait penser à un proverbe tunisien : [ghaati shems bel ghorbel] qui explique avec une grande sagesse que «cacher une vérité revient à tenter de se cacher le soleil à travers un tamis »…

    Dans le cas présent, la vérité illustre et pointe ce soleil si bénéfique pour la moisson, le séchage traditionnel du couscous ou du boulghour, est de plus en plus déclencheur de stress hydriques et risque de bousculer sa production.

    Soulever des interrogations contemporaines sur les enjeux alimentaires, l’environnement, est la seconde lecture à entrevoir au cours de l’exposition «Graines Sacrées».

    graines sacrées  don't judge-filter shoot bymircea cantor
    Mircea Cantor Don’t judge, filter, shoot Installation, 2012 Courtesy © André Morin

    Couscous et l’avenir des femmes ?

    graines sacrées handmade by ymane fakhir

    Ymane Fakhir Handmade – Blé Vidéoprojection, 2012 © Ymane Fakhir

    En hommage à la place des femmes, les œuvres de Ninar Esber et de Ymane Fakhir explorent les gestes séculaires pendant l’étape du triage, de la sélection de la bonne graine et nous renvoient le lointain souvenir d’une grand-mère redressant l’échine et remerciant le ciel de lui permettre de nourrir sa famille.

    alt="photo oeuvre  la bonne graine by Ninar Esber"
    Ninar Esber la bonne graine Installation, 2012 © Ninar Esber, courtesy galerie Imane Farès
    alt=" photo oeuvre ni ni ni by zoulikha bouabdellah"

    « Ni, Ni, Ni » de l’artiste Zoulikha Bouabdellah est une œuvre triptyque , composée de 3 photos qui réinterprète le fameux conseil des «3 singes de la sagesse » (je ne vois pas, j’entends pas, je parle pas)  interroge la place de la femme dans les sociétés Arabo-musulmanes.

    Chacun sait qu’il n’y a pas de «Graines Sacrées» sans la rencontre des 3 éléments : soleil, technicité des femmes et le temps que présente l’œuvre de Mehdi-Georges Lahlou où les grains de sable sont remplacés par les graines de couscous comme pour égrainer la temporalité passée ou à venir de cette tradition culinaire…

    alt=" photo oeuvre the hourglasses by mehdi georges lahlou"
    the hourglasses by mehdi-georges lahlou

    Couscous et l’univers extérieur des hommes

    La sphère masculine est également mis en avant à travers les oeuvres des artistes : Malek Gnaoui, Laurent Mareschal, Jean-Luc Moulène, Yazid Oulab, Martin Parr, Younès Rahmoun, Naz Shahrokh, Abdelkrim Tajiouti qui permettent de découvrir la dimension de l’extérieur, entre silence et chaleur.

    Graines Sacrées : programmation pluridisciplinaire

    Pour comprendre les approches historiques, gastronomiques, anthropologiques et sociologiques, la table ronde  sur : «  les aventures d’une graine sacrée » avec Sylvie Durmelat – Fatema Hal et Farouk Mardam-Bey aura lieu le 17 novembre 2016.

    A voir également la programmation ciné-documentaire autour de la cuisine avec «la cuisine en héritage» de Mounia Meddouri, « les mains dans le plat » de Nouri Bouzid, et la pièce « Teatro naturaleMoi, le couscous et Albert Camus » de la compagnie Teatro Delle Ariette de Bologne ( Italie) qui mixe la préparation d’un couscous pendant la pièce théâtrale qui traite sur l’Étranger d’Albert Camus, sans oublier les concerts, la mode, des ateliers pour les enfants….